74707202_1157683467764419_4438111847236763648_n

 

 

 

 

 

DECLARATION A L’OCCASION DE LA JOURNEE NATIONALE DE LA PAIX

 

« LA PAIX, Ce n’est pas un vain mot, mais un COMPORTEMENT » Félix Houphouet-Boigny

 

En prenant le Décret n° 96-205 du 7 mars 1996, instituant le 15 Novembre de chaque année, « Journée de la PAIX », le Président Henri Konan Bédié a certainement voulu donner suite au désir de Feu Félix Houphouët-Boigny, premier Président de la République de Côte d’Ivoire qui nourrissait l’ambition d’ériger la PAIX en une seconde religion. Et il avait parfaitement raison, car la situation délétère que nous vivons depuis deux décennies nous permet de mesurer, à sa juste valeur, l’importance de la PAIX.

Qu’est-ce que c’est la PAIX ?

WIKIPEDIA, l’encyclopédie libre, nous en donne une définition assez complète : « La PAIX est un état calme ou de tranquillité comme une absence de perturbation, d’agitation ou de conflit. Elle correspond à un idéal social et politique.

Sociologiquement, la PAIX désigne l’entente amicale de tous les individus qui composent une société. Elle n’implique pas l’absence de conflit, mais une résolution systématiquement calme et mesurée de toute difficulté conséquente à la vie en communauté, principalement par le DIALOGUE.

Psychologiquement, la PAIX désigne aussi l’état d’un esprit placide et serein, et plus généralement de sentiments enthousiastes et positifs. »

Vue sous cet angle, la PAIX ne nous est pas acquise. C’est la raison pour laquelle la célébration de la Journée Nationale de la PAIX doit nous amener à réfléchir sur les voies et moyens pour bâtir la PAIX. En marquant un arrêt en ce jour décrété férié, chômé et payé, nous devons nous poser les questions suivantes :

1 - Sommes-nous en PAIX dans notre pays, la Côte d’Ivoire ?

2 – Si non que faisons-nous pour atteindre « cet état de calme et de tranquillité    qui correspond à un idéal social et politique » ?

Pour répondre à ces questions, il suffit d’observer l’actualité socio-politique pour se convaincre que nous avons tous, le devoir de nous mobiliser pour faire, à nouveau, de la Côte d’Ivoire un havre de PAIX.

Cela passe nécessairement par

-         la restauration d’un climat de confiance les uns dans les autres,

-         le retour sécurisé de tous les ivoiriens en exil,

-         la libération de tous les prisonniers de la crise post-électorale,

-         le retour en Côte d’Ivoire du Président Laurent GBAGBO et du Ministre Charles BLE GOUDE,

-         l’arrêt des poursuites intempestives et du harcèlement judiciaire contre les opposants et les leaders d’opinion, etc.

Justement, le thème de la journée de la Paix de cette année :

AU-DELA DES MOTS, AGISSONS ENSEMBLE POUR LA CREATION D’UN ENVIRONNEMENT ELECTORAL APAISE ! nous interpelle tous. Car nous vivons dans un contexte caractérisé par des violences en tous genres : injures, invectives, menaces, conflits communautaires, disparitions d’enfants, agressions sexuelles sur mineurs, pertes en vies humaines et j’en passe !

Ce 15 Novembre 2019, à quelques mois des élections, peut nous servir de prétexte pour mener la réflexion sur la nécessité  de renouer avec la PAIX en Côte d’Ivoire. Il incombe à chacun de nous de jouer sa partition.

Le MCNCI, qui s’est donné pour mission de contribuer à la Recherche d’une Paix durable en Côte d’Ivoire, par la Promotion de la Réconciliation Nationale et l’émergence d’un citoyen nouveau, fait sa part :

-         En rencontrant et en parlant avec toutes les couches socio-professionnelles ;

-         En appelant les tenants du pouvoir, qui détiennent la clé de la cohésion sociale, à créer un climat favorable à la PAIX, par l’instauration du DIALOGUE, dans un cadre de concertation nationale ;

-         En exhortant les tenants du pouvoir et toutes les parties prenantes au processus électoral à rechercher le consensus sur les aspects contestés du dispositif électoral (CEI, découpage électoral, recensement électoral, etc.).

D’où notre leitmotiv sur ce sujet :

ELECTION D’ACCORD, MAIS RECONCILIATION D’ABORD !

-         En exhortant tout un chacun à poser des actes allant dans le sens de la recherche de la PAIX.

-         En apaisant les cœurs meurtris, par l’expression de la compassion, la communication et la sensibilisation.

Ivoiriens, Ivoiriennes, Chers frères et sœurs, habitants de la Côte d’Ivoire, le Pays a besoin de tous ses enfants. A cet effet, il nous semble intéressant de revisiter notre hymne national :

« Salut ô terre d’espérance,

Pays de l’hospitalité,

Tes légions remplies de vaillance

Ont relevé ta dignité,

Tes fils, Chère Côte d’Ivoire,

Fiers Artisans de ta grandeur

Tous rassemblés et pour ta gloire,

Te bâtiront dans le bonheur,

Fiers Ivoiriens,

Le Pays nous appelle,

Si nous avons, dans la Paix,

Ramené la liberté

Notre devoir sera d’être un modèle

 De l’espérance promise à l’humanité

En forgeant unis, dans la foi nouvelle

La Patrie de la vraie fraternité »

Paroles prophétiques ! Ce texte revêt, à notre sens, un caractère spirituel dont la compréhension pourrait nous servir de levain pour mener à bien le chantier de la réconciliation nationale. L’heure est au rassemblement des fils et des filles de la Côte d’Ivoire autour de la Mère Patrie.

FIERS IVOIRIENS ! LE PAYS NOUS APPELLE !

Engageons-nous résolument sur la voie de la PAIX, seul gage de notre bonheur commun.

 

QUE DIEU BENISSE LA COTE D’IVOIRE !

 

                                                                       Fait à Abidjan, le 13 Novembre 2019

 

POUR LE MCNCI

                                                                       La Présidente

 

                                                                       G. YOBOU BRO-GREBE