laurent-et-bedié

 

 

A l’approche de l’élection présidentielle de 2020, les stratégies du RHDP version RDR (Rassemblement des Républicains)  pour se maintenir au sommet de l’Etat sont en marche. Selon les indiscrétions au sein de cette formation politique du RHDP, l’actuel chef de l’Etat, Alassane Ouattara en réponse aux pressions sur son retrait du jeu politique en 2020, Alassane Ouattara envisage  prendre des mesures (constitutionnelles)  pour  éliminer de la course les deux ex chef d’Etat ivoirien, à savoir les Présidents Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo.

Toujours selon notre source, Alassane Ouattara  décide de se retirer du jeu politique, mais il compte partir avec les hommes de sa génération à savoir : Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié.

Pour ce qui concerne le cas de l’ex chef rebelle du Mpci et l’ancien Président de l’Assemblée Nationale ivoirienne, Guillaume Soro, le Président du RHDP, Alassane Ouattara confie son sort au conseil constitutionnel.

A en croire à nos sources, la candidature de Soro Guillaume sera irrecevable par ladite institution, pour ses nombreux  crimes  de sang et surtout économiques. Notre source insiste un fait, si Alassane Ouattara a raison des pressions alors l’homme sera candidat à la prochaine présidentielle de 2020.

  Au terme de nos échanges, New Africa a été joint par un proche de Soro Guillaume qui a  bien voulu garder l’anonymat et a enfin décidé de retracer le film du coup d’Etat du 19 septembre 2002 par la suite mué en rébellion.

«  En 2002, Soro Guillaume n’avait pas les moyens pour acheter un cahier, c’est bien Ouattara qui a demandé à Ché, de venir au Burkina-Faso pour prendre le contrôle de la rébellion. Concernant la casse de la BCEAO lors de la rébellion, je voudrais dire une petite chose sans aller en profondeur aujourd’hui. Le Président Laurent Gbagbo a muselé par sa politique les financiers de la rébellion et nous n’avions plus d’argent pour payer nos mercenaires et les soldats enrôlés, et plusieurs d’entre eux se sont retournés contre les pauvres populations de Bouaké et du Nord du pays. Et face à cette situation Soro Guillaume a demandé à Monsieur Ouattara Alassane, à cette époque Président du RDR, la conduite à tenir. C’est bien le Président Ouattara  qui a donné l’ordre de casser les Banques de la BCEAO et après cette opération la rébellion n’a eu que 30 % de l’argent. Les sachant de la rébellion savent de quoi je parle. », a indiqué le proche de Soro Guillaume.

Source: www.new-africa.net