47071623_1518980448246007_9099824304698163200_n

47136686_2099844913408318_2462865390057816064_n

47183451_1518980224912696_2171174683309768704_n

47242134_1518979961579389_7940728582739853312_n

47265878_1518980028246049_9109212274278531072_n

47277804_304940720354276_1095507532845154304_n

 

47045902_1583745841769549_5555181717930639360_n

47367130_304940657020949_2117848476736815104_n

47277804_304940720354276_1095507532845154304_n

47136686_2099844913408318_2462865390057816064_n

47309447_2099844623408347_3386980324515774464_n

47320456_1169775903169404_3507301552685580288_n

47381886_2099844006741742_2335560609489223680_n

47340021_334361850677051_3079213185811611648_n

 

47015809_1789035697890195_7577839606125559808_n

47356117_1575102740003913_8888500179884310528_n

47252866_946335935558365_6100765787134361600_n

47069127_933290983527344_7591794569050587136_n

47045902_1583745841769549_5555181717930639360_n

Le Vendredi 30 Novembre, les démocrates et le FPI ont rendu un hommage historique au gardien du temple de la jeune démocratie ivoirienne. Pour l’occasion la mythique place Ficcgayo sis à Yopougon,dans le district d'Abidjan a été le lieu de retrouvailles des résistants pour pleurer  le vice-président et président par intérim du FPI, Sangaré Aboudrahamane. Notons que plusieurs hommages, et autres témoignages ont meublé la veillée. Le combattant vous propose l’intégralité de l’allocution du Secrétaire Général de la fédération de Yopougon, Kouadio Bertin.

Discours du secrétaire général de la fédération de Yopougon

Excellence Monsieur le Président Laurent Gbagbo, Président du front populaire ivoirien. Mme la 1ère Dame, camarade Simone Ehivet Gbagbo, 2ème vice-présidente du FPI camarade Assoa Adou, secrétaire général du FPI.

Camarade Hubert Oulaye, Président du comité de contrôle Monsieur George A. Ouégnin, président de la plate forme EDS, mesdames et messieurs membres de la famille Sangaré et alliés. Mme le Ministre, Odette Sauyet  Likoukouet PCO, camarades membres de la direction du parti, camarades membres des organes de direction ,de section et de comité de base, militants, militantes et sympathisants du FPI.

Mesdames et messieurs les responsables des structures venus apporter leur soutien et leur réconfort au FPI (honorables chef coutumiers et de communautés, guidés religieux, syndicats, associations ,partis politiques et mouvements),ivoiriens, ivoiriennes.

Au nom des militants de Yopougon, je vous souhaite la bienvenue, le traditionnel AKWABA dans notre fédération. Nous avons l’habitude de vous recevoir en ce lieu pour des manifestations de lutte, généralement les meetings. Nous avons souhaité qu’il en soit de même aujourd’hui. Malheureusement, Dieu en a décidé autrement. Le FPI et les démocrates se retrouvent ce jour à la mythique place Ficgayo pour  et rendre hommage à un  camarade et non des moindres, un des membres fondateurs, 1er vice-président et président par intérim du parti, Abou Drahamane Sangaré, décédé le 3 Novembre 2018 aux premières heures de la matinée. La fédération de Yopougon vous exprime sa compassion et vous adresse ses sincères condoléances. Yako à nous tous.

C’est avec une douleur profonde que nous avons appris ce 03 novembre, de triste mémoire, cette nouvelle. Elle fut un coup de massue et nous avons senti le monde s’effondrer pour emprunter l’expression du célèbre écrivain Nigérian Chinua Achebe. Oui le monde s’est effondré pour nous ce 1er samedi de novembre 2018, car le gardien du temple de la démocratie s’est couché à jamais, au moment où les principes de base de la démocratie sont bafoués en Côte d ‘ivoire et que les temps tanguent comme aimait à le dire Zadi Zaourou. Nous aurions souhaité qu’elle ne fût pas vraie. Mais hélas ! Mille fois hélas ! La réalité est là. Le 1er Vice-président Sangaré est parti. Nous sommes bien obligés de rendre un hommage à l’illustre disparu. Et la fédération de Yopougon a été choisie pour cette veillée d’hommage du parti. C’est un honneur douloureux. Fédération engagé et à la pointe de la lutte du FPI, nous ne pouvions nous dérober. Mais avons-nous la compétence d’accueillir une telle cérémonie d’hommage pour la personnalité qu’à été le vice président Sangaré pour le FPI et pour la Côte d’ivoire ?

Universitaire, militant de 1ere heure du FPI devenu le gardien de la ligne idéologique et stratégique du parti, homme d’Etat. Il a combattu le vrai et bon combat. Dans la situation où se trouvent le FPI et la Côte d’ivoire nous avions plus que jamais besoin de lui pour nous guider, en attendant la libération et le retour de son frère jumeau Laurent Gbagbo. Mais le souverain a imposé sa volonté. Un homme de la trempe de Sangaré est rare sous nos cieux et en ces moments. C’est pourquoi nous ne cessons de pleurer depuis le 03 novembre. Et pourtant devons-nous continuer à pleurer ? Nous pensons que non. Le camarade Sangaré ne s’est jamais apitoyé sur son sort. Nous n’avons donc pas le droit de nous apitoyer sur le sort qui est le nôtre actuellement avec sa disparition. Il nous a indiqué le sens de la vie : la lutte. Il a lutté sans rechigner, sans se préoccuper de lui-même. Il aimait à le dire « Que chacun se demande ce qu’il a fait pour la Côte d’ivoire au lieu de se demander ce que la Côte d’ivoire a fait pour lui ». Il a lutté, s’est dépensé sans compter. Il est mort à la tâche pour son idéal pour ce pays.

  Cette mission, il en a fourni les moyens de réalisation. Tous les hommages à lui rendus d’où qu’ils viennent l’ont présenté comme un fidèle, loyal et intègre. Il est fidèle et loyal aux idéaux du FPI, l’instrument qu’il a créé avec ses camarades pour amener la Côte d’ ivoire à la démocratie.IL est parti dans la fidélité et la loyauté si bien qu’à sa juste titre son frère jumeau dit de lui qu’il a été l’homme des missions difficiles et ingrates. Comme Moise, il aura lutté pour conduire son peuple à la terre promise, mais il n’y aura pas été admis. La vie de Sangaré est une école de la politique, une école de la vie. La meilleure façon de lui rendre hommage ne sera pas certainement pas de pleurer, mais de l’applaudir comme il aimait à le demander à chaque cérémonie d’hommage à un camarade tombé ; cela  pour avoir combattu le bon combat. Nous devons donc célébrer les valeurs qu’il incarnées.

  Notre vie doit rayonner des qualités de sa vie : la lutte pour la démocratie en Côte d’ivoire dans la fidélité et la loyauté aux idéaux du FPI. La meilleure façon de lui rendre hommage c’est de continuer son œuvre au sein du FPI, c’est de faire vivre et rayonner le FPI, c’est de  faire vivre et rayonner le FPI pour la reconquête du pouvoir d’Etat.

 La fédération de yopougon, appelée Yopougon de Gbagbo entend œuvre à honorer le 1er vice-président Sangaré de cette façon. Lui qui disait et je cite « GBAGBO m’a donné son onction comme gardien du temple Il a fait de moi l’un des membres fondateurs J’ai quand même les clés de la fondation, je connais les fondamentaux Tout comme le premier vice- Président Aboudrahamane Sangaré qui est resté fidèle aux idéaux du FPI et à la vision du Président Laurent Gbagbo, Yopougon s’engage dans cette droite ligne et ira jusqu’au bout Yopougon te le doit, va en paix gardien du temple, nous t’oublierons pas, nous ne t’oublierons jamais

Je vous remercie