gbagbo 18 janvier sourire_3

Photo d'Archive

  Depuis l'annonce du décès du vice-président et Président par intérim du FPI, Sangaré Abou Drahmane, plusieurs rumeurs ont circulé sur les circonstances de sa mort sur les réseaux sociaux et nous avons également assisté à des batailles internes de positionnements, des clans s'affrontent pour le contrôle la direction dudit.

   Et le fait le plus marquant a été l'accrochage verbal entre les deux camps lors de la visite de compassion de Monsieur Affi N’ Guessan à la famille biologique du camarade Sangaré Aboudrahmane. Monsieur Affi N'guessan s'était  présenté à la famille comme le Président du vieux parti de l'opposition ivoirienne, il a fallut le recadrage du Ministre Ettien Amokoan et les choses ont faillit de générer n'eût été la vigilance de la famille.

      Face à cette pagaille, le Président Laurent Gbagbo décide de prendre les choses en main et mettre fin à la guéguerre inutile et absurde au sein de son parti. La décision historique d'hier vient mettre fin à un long et vieux débat sur la candidature du Président Laurent Gbagbo à la tête de son parti en 2015.

   Rappelons que la crise qu'a connue le front Populaire est suite à la candidature de son fondateur Laurent Gbagbo. Chose que Monsieur Affi N'Guessan refusa et décida, de traduire en justice l'opposant historique pour faux usage de faux. Notons que Plusieurs observateurs de la vie politique ivoirienne s'interrogeaient sur le silence du Président Gbagbo.  Aujourd'hui ceux-ci viennent d'avoir leur réponse sur la crise qu’a connue le front populaire ivoirien et savent désormais que Laurent Gbagbo est avec son frère Sangaré.

  Le communiqué d'hier expose un aspect de l'accord de Strasbourg entre le Président Laurent Gbagbo et ses camarades de la gauche démocratique en exil. En un mot le FPI est entre les mains de ses véritables fondateurs et non des arrivistes qui ont décidé de conduire le parti dans les ténèbres. Le Président Laurent Gbagbo reprend les choses en main. Dans le langage populaire ivoirien, quand c’est dur seul les durs avancent. Et Laurent Gbagbo avance même étant en prison à la cour pénale internationale loin de sa terre.