actu_image_23723_fb

MOTION SPECIALE SUR LA LIBERATION

Considérant que le Président Laurent Gbagbo a fait de la transition pacifique à la démocratie le fondement de son combat politique ;

Considérant que le Président Laurent Gbagbo a été déclaré vainqueur du scrutin présidentiel de Novembre 2010 par le Conseil Constitutionnel de la République de Côte d’Ivoire ;

Considérant que le Président Laurent Gbagbo a proposé le recomptage des voix à l’issue du deuxième tour du scrutin présidentiel du 28 Novembre 2010 contrairement à ses adversaires qui ont fait le choix de la guerre ;

Considérant que malgré les moyens de l’Etat dont il était détenteur aux termes de la Constitution ivoirienne, le Président Laurent Gbagbo a refusé de faire la guerre pour préserver la vie de ses compatriotes ;

Considérant qu’en dépit de tous ses efforts le Président Laurent Gbagbo a été militairement attaqué, enlevé et détenu dans un lieu secret au nord de la Côte d’Ivoire avant d’être déporté à la Cour Pénale Internationale à la Haye le 29 Novembre 2011 ;

Considérant que nonobstant l’insuffisance des preuves présentées par le Procureur de la CPI, le procès du Président Laurent Gbagbo s’est ouvert le 28 Janvier 2016 ;

Considérant que l’audition des quatre vingt deux (82) témoins de l’Accusation n’a pu établir la culpabilité du Président Laurent Gbagbo ;

Considérant qu’en dépit de la vacuité du dossier d’accusation contre le Président Laurent Gbagbo, sa demande de mise en liberté provisoire introduite par son Conseil a été refusée à treize (13) reprises ;

Considérant que le maintien en détention du Président Laurent Gbagbo vise à le tenir éloigné de la scène politique et à le faire oublier ;

Considérant qu’en dépit de cet éloignement le Président Laurent Gbagbo reste, aujourd’hui encore plus qu’hier dans le cœur des Ivoiriens qui le réclament ;

Considérant qu’une personnalité de la stature du Président Laurent Gbagbo, attachée au respect de la vie humaine et aux valeurs de liberté, de démocratie et de paix ne peut planifier et exécuter des crimes ;

Considérant que le retour du Président Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire va favoriser et accélérer le processus de réconciliation nationale ;

Le 4ème Congrès ordinaire du Front Populaire Ivoirien, réuni les 3 et 4 Août 2018 à Moossou :

-         Exige la libération immédiate et sans condition du Président Laurent Gbagbo ;

-         Invite tous les démocrates ivoiriens, d’Afrique et du monde à demeurer mobilisés afin d’obtenir la libération effective du Président Laurent Gbagbo et son retour en Côte d’Ivoire.

 

 

Fait à Moossou, le 4 Août 2018

Le Congrès