Avant la reprise du procès du Président Laurent Gbagbo et du Ministre Charles Blé Goudé, profitant de la pause la secrétaire générale du CODESCI, Christine Zekou s’est rendue au siège de la cour pénale internationale (CPI) pour présenter ses vœux de nouvelle année 2018 et surtout apporter son soutien au Président Laurent Gbagbo et le Ministre Charles Blé Goudé détenus arbitrairement dans la prison de Scheveningen de la Haye. La camarade secrétaire générale Christine Zekou a rencontré le vendredi 09 février 2018 dernier de 13h à 16h, le président Laurent Gbagbo avec qui elle a eu des échanges forts et enrichissants.

    A sa sortie de la rencontre Christine Zekou a révélé que le Président Laurent Gbagbo se porte très bien et qu'il demeure dans une posture de combat et nous demande de garder la même posture.

    « Le président Laurent Gbagbo adresse ses salutations à tous ses compatriotes, aux démocrates du monde entier et leur souhaite beaucoup de courage, d’abnégation et de perspicacité dans la lutte pour la démocratie. Remercie tous les démocrates du monde entier pour la mobilisation exceptionnelle en faveur de sa libération. Il encourage  son parti le FPI à maintenir le cap politique de l’accession au pouvoir d’Etat par les urnes, en demeurant l’épine dorsale de la conquête permanente des droits et libertés démocratiques en Côte d’Ivoire et en Afrique », a déclaré l’infatigable combattante Christine Zekou

   Depuis son lieu de détention à savoir la cour pénale internationale, le Président Laurent Gbagbo rassure tous les démocrates du monde entier sur sa libération prochaine.

   «  J’ai confiance, la vérité finira par triompher. Nous avons le droit et la vérité avec nous. Et bientôt je serai parmi vous. », a déclaré le père du multipartisme en côte d’ivoire le Président Laurent Gbagbo.

    A la question de savoir les raisons de la pause du procès et les tractations en cours à la CPI, l’hôte du jour s’est voulue un peu réservée mais affirmera ceci :

    «  Les lignes bougent à la CPI et le Président Laurent Gbagbo est serein, il  travail avec ses avocats sur les questions relative à la reprise du procès. Aujourd’hui la pression est maintenant dans le camp de ceux qui ont déporté le Président Laurent Gbagbo à la Haye (CPI) en violation du droit national et international », a martelé Christine Zekou.

Rappelons que dès sa comparution devant les juges de la chambre préliminaire I, le lundi 5 décembre 2011, le Président Laurent Gbagbo déclarait «  Madame, je ne regrette pas d'être là, on va aller jusqu'au bout ».

Après plus de 6 voir 7ans, les impérialistes tapis dans l’ombre s’excitent  et s’activent pour arrêter le procès mais on ira jusqu’au bout  pour la manifestation de la vérité et surtout pour la refonte de l’ordre mondiale.

27946246_1434849123307403_1618282114_o